Le nom de T'ang Haywen

La signature artistique de T’ang est une association des lettres romaines de T’ang et des caractères chinois de Hai (海) et Wen (文). T’ang était donc connu de ses relations et même de ses amis les plus proches comme T’ang – mais prononcé comme le nom de la dynastie Tang (唐). La plupart d'entre eux, à part quelques rares exceptions, supposaient donc que le caractère de son nom de famille était celui de la grande dynastie Tang considérée par les historiens comme un âge d'or de l’histoire chinoise, mais cela ne correspondait pas à la réalité.

Au cours de plus de vingt ans de recherches nous n’avons jamais trouvé confirmation de ce qu’un petit nombre d’observateurs affirmaient, parfois avec une intention romantique d'ajouter une parenté merveilleuse à l’histoire de leur ami artiste mais aussi parfois avec des intentions beaucoup moins louables.

Diverses sources rapportent que la prononciation vietnamienne du caractère chinois de Zeng (曾) peut être Tang ou Tsang ou Tăng ou encore Tseng; donc qu’elle s’opère avec une certaine variabilité due à une évolution dans le temps et selon divers systèmes de transcription.

Pour nous en assurer et comprendre cette régionalisation de la prononciation d’un même caractère nous avons longtemps recherché des sources académiques et bibliographiques les plus anciennes possible et commentant ces particularités de prononciation sur les pourtours de la Chine.

En novembre 2018, nous avons pu mettre la main sur un rare et précieux exemplaire d’un INDEX DE CARACTÈRES CHINOIS, édité en 1886 et listant les différentes prononciations regionals des caractères chinois en vietnamien, mandarin et cantonais.

Cet INDEX est probablement l’une des sources académiques les plus anciennes sur ce sujet dans la mesure ou la colonisation par la france des territoires actuels du vietnam ne fut totale qu’àprès 1890 et qu’il est peu probable qu’un autre index, comme celui-ci à destination des occidentaux, ait pu être produit avant 1886. Notons que l’exemplaire dont nous disposons maintenant porte la marque manuscrite du scientifique Léopold de Saussure (1866-1925), lieutenant dans la marine française et frère du linguiste Ferdinand de Saussure (1857-1913).

Cet INDEX DES CARACTÈRES CHINOIS, est tout d’abord une version autographe du dictionnaire du linguiste et sinologiste Samuel Wells Williams, augmentée de la prononciation du mandarin Annamite, de la prononciation cantonaise, de la prononciation du mandarin chinois et enfin de la prononciation du mandarin donnée dans un petit dictionnaire publié par les Jésuites de Shanghai. Parfois, une prononciation régionale annamite est aussi ajoutée.

Le caractère chinoi Zeng (曾), comme le montre l’image ci-dessous, peut donc avoir selon cet INDEX DES CARACTÈRES CHINOIS, cinq prononciations différentes au Vietnam. La plus fréquemment utilisée, est romanisée comme Tăng, le petit accent au-dessus du a fournissant une indication. T’ang a choisi d'ajouter un apostrophe entre le " T " et le " a " de son nom romanisé pour maintenir le lien avec le caractère chinois authentique de son nom.

Il est donc finalement bien établi que Zeng Tianfu (曾天福), né en Chine en 1927, mais ayant émigré au Vietnam en 1937, vit la phonétique de son nom de famille, Zeng, transformée tout d’abord en "Tseng" puis en "T’ang" et qu’il adopta aussi un nom de plume, "Hai-Wen" ou "Hai-Woon" (海文 mer-littérature), puis émigra en France en 1948 ou il devint peintre sous le nom de T’ang Haywen (曾海文).

L’orthographe qu’il a adoptée pour son nom de plume, "Haywen", avec " y ", au lieu du pinyin "Hai-Wen", avec " i " est destinée à donner au lecteur français, peu familier avec la prononciation pinyin, une indication phonétique.

INDEX DES CARACTÈRES CHINOIS de Léopold de Saussure maintenant détenue par T’ang Haywen Archives.

S'il vous plaît cliquez ici pour lire l'article complet.