T'ang Boogie mis en musique par Guo Gan, maître du Erhu

"En 1973, T'ang Boogie était une oeuvre nouvelle et singulière née d'un jeu surréaliste mais aussi du détachement de T'ang. En 2019 T'ang Boogie nous apparait comme un corps virtuel – effaçable et temporaire – fabriqué à partir de cellules physiquement existantes et maintenant disséminées chez les collectionneurs.

Le film original est muet mais Tom Tam, qui tenait la caméra, m'avait mentionné leur intention initiale de le mettre en musique. Quand je rencontrais Guo Gan grâce à une amie concertiste il vit là un acte "libre, généreux et osé", un rejet de la matérialité des oeuvres mais pas de leur existence et s'offrit à mettre le Boogie en musique. Le résultat est surprenant, envoûtant et en quelque sorte actualise l'oeuvre, ce qui pour certains puristes ne sera pas souhaitable. Mais la rencontre entre Guo Gan et l'oeuvre de T'ang s'étant réalisée, il faut en faire état et chacun aura la faculté de revoir les deux versions à loisir pour apprécier les différences produites dans la perception des images, leur mémorisation et peut-être le sentiment que cela fera naître.

La musique de Guo Gan, intitulée "Encre Ivre", encadre et renforce le moyen de communication originel, le film, sans en falsifier le contenu; elle catalyse le processus de perception et d'assimilation du Boogie dans son ensemble sans toutefois nous empêcher de retourner aux sources de "l'information", à savoir les œuvres que nous pouvons apprendre à identifier et à reconnaître. De ce point de vue et paradoxalement, T'ang Boogie est un espace de liberté d'observation et d'analyse; une liberté devenue très rare à l'ère numérique.

T'ang Boogie, silencieux ou mis en musique peut fasciner, hypnotiser ou encore effrayer d'autres personnes. Il est évident qu'il n'est pas "pour tous publics" mais réservé à ceux qui comprennent encore que la première aventure est avant tout celle du regard." - Philippe Koutouzis

Cliquez ici pour voir T'ang Boogie avec Encre Ivre