Les news d'ARTFORUM le 12 juin 2018

UN MARCHAND FRANÇAIS SE VOIT ATTRIBUES LES DROITS D'AUTEUR DE L'ŒUVRE D'UN ARTISTE CHINOIS DÉCÉDÉ

Vincent Noce du Art Newspaper rapporte que le marchand d'art français Philippe Koutouzi s'est vu attribuer les droits d'auteur des œuvres de l'artiste chinois T'ang Haywen. La Haute Cour de Paris a rendu son jugement fin février 2018.

T'ang est décédé en 1991 et vivait à Paris depuis 1948. Le gouvernement français a repris sa succession car un héritier n'avait pas pu être retrouvé. Quelques années plus tard, Koutouzi retrouve le frère de l'artiste, qui vit en Chine. En 1995, le frère est légalement devenu le seul bénéficiaire de T'ang. Koutouzi a transféré la totalité de la succession de l'artiste à son frère en achetant les droits d'auteur de l'œuvre de T'ang pour la somme symbolique d'un franc. Koutouzi dit qu'à l'époque, les œuvres de l'artiste étaient presque sans valeur. Mais en 2015, une de ses abstractions du milieu des années datant des années 1960 s'est vendue à Sotheby's Hong Kong pour $438,590.

Le marchand est en train d'écrire le catalogue raisonné de T'ang. Il a été impliqué dans plusieurs batailles judiciaires à travers l'Europe au sujet d'œuvres d'art attribuées à T'ang qui, selon lui, sont des contrefaçons. L'un des principaux adversaires de Koutouzi est le marchand parisien Enrico Navarra qui,^ il y a sept ans, a déposé une plainte en France contre lui pour fraude organisée. Navarra prétendait que Koutouzi avait inventé l'histoire de l'héritier afin d'obtenir les droits d'auteur. Une enquête criminelle s'en est suivie, mais rien n'en est ressorti, les preuves à l'appui de l'allégation de Navarra n'ayant jamais été trouvées.

Koutouzi dit qu'il a remarqué des faux T'ang depuis 2010. Le marchand affirme que des tests scientifiques ont été effectués sur de nombreuses œuvres pour en déterminer l'authenticité. Par exemple, les fibres de papier de plusieurs usines ont été datées au carbone par l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich. On a découvert que certaines pièces ont été fabriquées jusqu'à vingt-trois ans après le décès de l'artiste.

Pour lire la version originale, veuillez cliquer sur le site web d'ARTFORUM

^Note de T’ang Haywen Archives: Dans l’article original une erreur de frappe, semant la confusion, s’est glissée dans l’article de ArtForum T’ang Haywen Archives a rétabli le sens de la phrase qui citait l’article du Art Newspaper.