La Vie

Si l’on devait écrire une "vie des peintres chinois"… à Paris, T’ang serait probablement le seul dont on pourrait dire qu’il fut libre, léger et intemporel.